Chercher   Accueil       Contacts    Avertissement    Plan  
L'alcoolo-dépendance
Ce concept a été développé par un double courant social et médical depuis le milieu du XX ème siècle, sous l’impulsion des Alcooliques Anonymes (AA).


Dans le milieu médical, E.M. Jellinek, (voir "charte de le Toxicomanie alcoolique") donna une définition de l’alcoolisme prenant en compte une approche globale : un usage de l’alcool " qui cause un dommage à l’individu, à la société ou aux deux ".


Un pas important est alors franchi : l’alcoolisme ne disparaît plus derrière des complications médicales ou sociales.


On est passé d’une définition de l’alcoolisme par ses complications à celle d’une entité décrite par tous ses caractères médicaux et sociaux.


Une définition française


Pierre Fouquet, fondateur de l’alcoologie, a laissé une définition de l’alcoolisme encore largement utilisée : " est alcoolique celui ou celle qui a perdu la liberté de s’abstenir de l’alcool ".


Cela implique que la possibilité de maîtriser sa consommation est perdue.

Lorsque la dépendance s’est installée, un retour en arrière est impossible : le buveur ne peut retrouver cette maîtrise, ni une consommation sociologiquement " normale".


C’est ainsi qu’aujourd’hui l’alcoolisme est défini comme une toxicomanie à l’alcool.

C’est l’organisation de la vie du malade autour de sa consommation d’alcool qui caractérise ce processus.


Aujourd’hui, on parle plus souvent " d’alcoolo-dépendance " ou " d’addiction à l’alcool ", plutôt que de maladie alcoolique.


Cependant, le terme " malades alcooliques " est toujours utilisé :
il est en effet intéressant car il insiste sur le fait que les personnes souffrant " d’un problème avec l’alcool " ne doivent pas être considérés comme des faibles, moralement coupables mais comme des malades qui peuvent être aidés par des moyens médico-sociaux adaptés
.


Source : ANPAA