Chercher   Accueil       Contacts    Avertissement    Plan  
Dépendance et tolérance


En guise d'introduction, quelques banalités.

L'enfant a une très mauvaise tolérance à l'alcool, les fonds de verre d'une réunion familiale lui provoquent l'ébriété.
L'adolescent, malgré la volonté "d'être un homme" ne "tient pas le coup" non plus.
A l'aube de la vieillesse, de nombreuses personnes réduisent ou suppriment d'elles-même leur consommation d'alcool.
Les femmes supportent moins bien l'alcool, à dose équivalente.
L'état physique et psychologique influe énormément sur les effets de l'alcoolisation.


L’individu est donc inégalement armé face à la dépendance, intervient alors le phénomène de tolérance.
Tolérance et dépendance sont deux phénomènes couramment associés.

La tolérance concernant l’alcool se définit par la propriété qu’a l’organisme de supporter telle ou telle dose sans présenter de symptômes pathologiques.

De tel grand buveur, on dit qu’il tient bien l’alcool….

L’organisme ayant un pouvoir d’adaptation, la tolérance évolue entraînant l’augmentation des doses pour obtenir le même effet.

"Si j'en bois un, je ne peux plus m'arréter"


Le signe de l'intolérance est la perte dans la limitation de sa consommation.


"le premier verre est de trop, le vingtième pas assez"
Au fil du temps