Chercher   Accueil       Contacts    Avertissement    Plan  
Ambulatoire ou hospitalier

Cures ambulatoires
Cures en hopital



Cures ambulatoires
Une grande partie des cures de sevrage peut se faire sans hospitalisation, chez le patient.

Elle permet de ne pas couper le patient de son milieu de vie, milieu au sein duquel il devra ensuite maintenir son abstinence.

La cure ambulatoire se justifie dans les cas suivants :

- refus du patient d'une hospitalisation (appréhension, déni de la gravité du problème),

- absence d'indication formelle d'un sevrage hospitalier

- motivation claire du patient,

- état physique (pas de signes importants de dépendance physique) et état psychologique satisfaisant,

- entourage familial et social de qualité et motivé,

- disponibilité d'une équipe de soignants pour un suivi rapproché pendant les premiers jours.

Avantages du sevrage ambulatoire

- Poursuite de l'activité professionnelle,

- maintien des relations familiales et sociales,

- meilleure acceptation car n'obligeant pas à assumer socialement le statut de malade,

- compatibilité avec un syndrome de sevrage modéré,

- participation du patient et de son entourage.

Haut de page

Cure en milieu hospitalier
Les indications pour un sevrage en hospitalier sont d’ordre

- somatiques : (complications sévères de la maladie alcoolique),

- d’ordre purement alcoologiques : (conduite d’arrêt en ambulatoire, antécédents de crises convulsives généralisées ou de Delirium Tremens, antécédents de tentatives de suicides)

- d’ordre psychosocial : (véritables situations de crise, demande justifiée de l’entourage).

Avantages du sevrage institutionnel

- Surveillance continue (personnes isolées), - malade soustrait à son environnement (alcool, situations à risque ou conflictuelles), - garantie de la réalité du sevrage et de l'observance des prescriptions, - indication formelle en cas de pathologies intriquées ou de syndrome de sevrage sévère.

Les méthodes
Il s'agit essentiellement d'éviter la survenue d'un syndrome de sevrage avec tremblements, anxiété, au maximum le delirium tremens ou crise d'épilepsie.

En ambulatoire l'arrêt de travail, fréquent, n'est pas systématique.
En hospitalier la durée d'hospitalisation est en moyenne en France de deux à trois semaines.

En ambulatoire un suivi médical quotidien les trois premiers jours, puis plus espacé, est nécessaire.

Le malade et son entourage doivent pouvoir joindre un médecin en cas de survenue d'un événement indésirable.

Un apport en eau par voie orale en ambulatoire, en perfusion en milieu hospitalier, sera entrepris, de l'ordre de trois à quatre litres par jour.

L'arrêt de l'alcool est le plus souvent brutal, mais un arrêt progressif sur une durée de trois jours par exemple est parfois préconisé en ambulatoire.

Un soutien psychothérapeutique est indispensable : médecin, famille, association d'anciens alcooliques ( Alcooliques Anonymes, Vie Libre, etc...) .

Haut de page